La semaine des alternatives & des low-tech

La semaine des alternatives & des low-tech

Cet été, j’ai participé à la Semaine des Alternatives & des Low-Tech au Campus de la Transition, à Forges. En tout, on était 60 de tous les horizons, hommes, femmes, ingé, non ingé, chômeur, travailleur… Une belle diversité de parcours, et un point commun : le faire, l’action, l’envie de créer ensemble. 

Je pense d’ailleurs, que ce mouvement a émergé de cette manière, comment passer à l’action pour créer un imaginaire permettant une alternative à ce que nous propose celui de la high-tech. C’est un questionnement permanent de nos techniques et modes de vies pour savoir si il est cohérent avec le respect du vivant et notre résilience.

La low-tech

Elle peut se traduire par technologie “appropriée”, ou basse consommation, basée sur trois grands principes :
Utile  / Accessible / Durable.

 

Bardage du caisson de la douche solaire, en palette vissé à la chignole
Caisson de la douche solaire, réalisé en bois de palette.

je pensais maîtriser le sujet, je venais, comme pour la plupart, participer aux ateliers pour pouvoir les reproduire à la maison. Mais on a fait mieux que ça, on n’a pas seulement appris, on l’a vécu ! 

 La vie à la SALT

Après un démarrage en douceur, nous avons appris à nous connaître, au travers de jeux pour mémoriser les noms, et former des groupes équilibrés ; mixte, avec au moins un organisateur et un animateur. Ces groupes ont permis la gestion de la semaine, en se répartissant les tâches ménagères, d’épluchures, de vaisselle, maître du temps et ange… Qui toutes auront permis de tisser des liens.

Le matin, quelques têtes sortent plus tôt de chaque tente, c’est le groupe désigné pour la ‘pluche du matin ! Ils le font avec entrain, parce qu’à la cuisine, c’est la fête ! Ça discute, ça chante, mais surtout, chacun sait que le repas qui en découle sera bon, comme celui des autres jours d’ailleurs. Après réflexion, je me dis que éplucher était une façon de les remercier pour ces bons repas, et à l’inverse, les cuisiniers les préparaient avec amour pour nous remercier de notre présence en cuisine, c’était donc un cercle vicieux… Ou vertueux selon les points de vue !

Tout le monde est levé et déjeune… Et déjà, les discussions de longue haleine commencent, dans la bonne humeur, heureusement que l’un des maîtres du temps passe et nous rappelle que la première activité va commencer !

 

Les ateliers

Ils démarrent avec facilité, d’ailleurs certains avaient déjà commencé ! Et oui, étant mélangé et l’air respirant la bienveillance, il n’était pas rare que l’animateur et le participant oublient leurs rôles respectifs… Pour faire des plans sur la comète lors des repas !
Pour ma part, je suis avec les animateurs de Chemin de Faire, Yohann et Alizée. Ils nous présentent le projet: faire de la mousse au chocolat pour tout le monde ! Mais pour ça, il va falloir battre les blancs d’œufs en neige… Avec les pieds !
Auparavant, ils ont fait quelques tests, vu si c’est possible, mais le premier prototype va sortir de notre atelier cette semaine ! On l’a conçu, et on l’a également amélioré par rapport aux plans, avec un système de tabouret pour monter et descendre le plat. On a pu se rendre compte des améliorations à faire pour gagner en solidité et en fluidité de mouvement.

Je ne sais pas si le campus est satisfait… Mais je peux vous dire qu’on a goûté de la mousse au chocolat à la fin de la semaine ! On a travaillé d’arrache-pied pour le finir, je pense qu’on a dû en donner du fil à retordre aux maitres du temps. D’ailleurs, quand ça a été mon tour de prendre ce rôle ça m’a fait drôle !

Repas, bienveillance et partage

Le midi, c’est l’heure d’accueillir la cuisinière et ses plats, on applaudit pour la remercier et c’est l’heure du service ! Ah c’était bon ! J’ai envie d’y retourner juste pour ça ! Ensuite, chacun lave ses couverts, dans des bacs pour économiser l’eau, et le groupe de la vaisselle se charge des grands plats. Pour l’anecdote, je faisais la vaisselle en fin de semaine, un peu fatigué par l’intensité de chaque moment, quand quelqu’un s’approche et me demande si je veux un câlin. C’était si soudain qu’il m’a surpris, et ça m’a fait vraiment plaisir, et oui le rôle ange n’a pas été expliqué, alors à chacun de l’interpréter, et c’était une très bonne idée !

Chaque jour, entre les ateliers, nous avons pratiqué de nouvelles expériences, l’energizer le matin, qui remet la pêche ! C’est quelques minutes, en ronde, pour se donner le mot du matin, un partage ainsi qu’une petite activité physique qui vous booste ! Nous avons découvert des formes de débats, dont je n’ai pas le nom, mais qui permettent d’aborder une problématique sous d’autres aspects, ou permettent l’inclusion de tout le groupe. Nous avons appris à approuver ou à désapprouver avec les mains, à respecter la parole, à signaler de faire le silence lors des flash infos… Et j’en passe ! Toutes ces techniques étaient simples, faciles à mimer et pourtant quelle efficacité sur le groupe.

Je ne peux pas décrire en quelques lignes tout ce que nous avons vécu cette semaine: des participants ont initié des ateliers de débats, de tournage sur bois, de mimes, de danse, de fresque du climat, numérique durable, réparation vélo… et j’en passe. Chaque minute était remplie, précieuse et nous les garderons en mémoire. D’ailleurs, je remercie toutes les personnes qui ont pu capturer, un peu de ces moments, sous forme de vidéo, pour le film des low-tech qui sortira au cinéma, sous forme d’interview, de document et de photo. Cette semaine se traduit aussi par ce qui est resté sur le lieu, nos réalisations, prêt à l’emploi des résidents.

Tour des low-tech

Réalisations:

Ces réalisations, nous avons eu l’occasion de les présenter au public le samedi. C’est un moment de partage, où chacun était fier de présenter le principe du chauffe-air solaire et du méthaniseur, d’apprécier les jolies cookies cuisant dans les fours solaires ou encore les participants arrosés par la douche solaire. Les bricoleurs étaient aussi de sortie avec une marmite norvégienne et une toute nouvelle servante pour la scie circulaire, même les toilettes sèches inspirées de game of throne ont eu du succès tellement leurs créateurs étaient passionnés !

 

Test de la douche

Dans ce récit, je ne peux pas vous faire goûter notre mousse au chocolat. Alors d’ici à ce qu’on réalise pareille machine voici quelques clichés de notre exploit. Voici Moha, cuisinier du Campus de la Transition qui nous a montré ses mollets, curieux de cette machine qu’il voit pour la première fois.

Pour vous dire à quel point, il a confiance en la machine, il l’actionne en sandale ! Et après 4min d’effort les œufs sont prêts !

Résultat en quelque minutes
Résultat après notre gourmandise
Cuisinier à l’œuvre

Merci !

Merci, je crois que c’est le mot qui a résumé le dimanche pour moi. Merci d’avoir créé cette opportunité, merci pour ces échanges, merci pour cette humilité, cette bienveillance et cette envie de construire notre avenir.

Cette semaine m’a transformé, et je souhaite partager ce vécu à mon niveau, en Corrèze, pour contribuer, moi aussi, à notre avenir commun.

La low-tech n’est finalement qu’un prétexte pour créer un récit, un récit désirable pour nous tous, alors racontons ensemble cette histoire.

Les commentaires sont clos.