Soirée autour des arbres des hommes et des routes du 5 juin à Sainte Fortunade: ressenti de Jeanne, citoyenne.

Soirée autour des arbres des hommes et des routes du 5 juin à Sainte Fortunade: ressenti de Jeanne, citoyenne.

Cycle du vivant, écosystème, écotone,  codes, branche charpentière, arbre, racinaire, chauve- souris, feuilles, photosynthèse…  Mélangez et le miracle se produit.

Se dessinent alors devant vos yeux, au ralenti, la naissance de l’arbre et son processus de maturité. Au fil du temps, à chaque poussée de croissance, le petit d’arbre s’enveloppe dans un nouvel arbre. A maturité, il est fait d’une multitude d’arbres. Est-ce cela qui fait sa force ? Sans doute mais derrière cette force se cache une grande fragilité.

Saviez-vous qu’en coupant ses branches vous provoquez un appauvrissement racinaire ?

Saviez-vous qu’en les coupant n’importe comment, sans aucune connaissance physiologique de sa structure, vous provoquez des blessures entraînant des maladies graves ?

Ainsi,  tout au long de la soirée, Marceau nous fit partager sa passion pour les arbres, délivrant un message clair : on ne peut pas faire n’importe quoi et la politique menée par le Conseil Départemental de la Corrèze sur la gestion catastrophique des arbres en bordure de routes reste un grand mystère tant la méthode et les arguments sont un inventaire d’inepties.

Antoine, juriste, n’en revient d’ailleurs toujours pas. Codes à l’appui, sa démonstration fut  sans faille et le verdict sévère à l’encontre du Département.

Les échanges avec la salle, eux,  ne manquèrent  pas de sel ! On apprit, de manière anodine, que quelques petits arrangements entre amis auront su  donner au bois mort un avenir sonnant et trébuchant,  profitant d’opportunités  aux odeurs nauséabondes.

On se remémora aussi, avec un peu de nostalgie, les temps, pas si lointains où les citoyens trouvaient des interlocuteurs avec la DDE, service de l’Etat, et se réjouissaient que l’entreprise des télécommunications prenne en charge un élagage raisonné, d’ailleurs payé par notre abonnement.

La soirée se termina autour d’un verre de jus de pomme bio, qui ne pouvait nous enivrer mais nous rafraichissant le gosier, les langues continuèrent à se délivrer de petites informations sur la biodiversité, le contexte juridique, la suite des actions à mener ou la bonne définition à donner…

Puis, chacun rentra chez soi, riche d’enseignements et d’émotions, dans l’attente d’une prochaine rencontre.

Jeanne W., De retour de la soirée  « Des Arbres, des Hommes, des Routes,  le 5 juin 2018 à sainte Fortunade.

Les commentaires sont clos.

Projet réalisé avec le soutien de :